TAI CHI CHUAN

HISTORIQUE

Le Tai Chi Chuan ou « boxe du faîte suprême », est un art martial chinois dit « interne ». Il comporte une dimension spirituelle. Il a pour objet le travail de l'énergie appelée chi. En tant qu'art martial interne, il insiste sur le développement d'une force souple et dynamique appelée jing (劲), par opposition à la force physique pure li(力). Une des règles du tai chi chuan est le relâchement song (鬆). Ce relâchement garantit la fluidité des mouvements et leur coordination. Une fois la relaxation song installée, le pratiquant va développer le pengjing, force interne consistant à relier chaque partie du corps en restant relaxé. Selon un dicton : « Une partie bouge, tout le corps bouge ; une partie s'arrête, tout le corps s'arrête ». Le pengjing est la force caractéristique du tai chi chuan. Wang Zongyue, qui aurait vécu sous la dynastie Qing (1644-1911), occupe une place importante dans l'histoire du tai-chi-chuan. Son influence a été reconnue par les maîtres de différentes époques. Son Traité du tai-chi-chuan (太極拳論) a grandement contribué à la compréhension théorique de cette boxe.

Voici les différents styles enseignés au sein de l'école
Le style Yang

Le Taiji quan style Yang 杨氏太极拳est le style de tai-chi-chuan le plus pratiqué en Occident. Dans les premières décennies du xixe siècle, le tai-chi-chuan n'était enseigné qu'à quelques élèves par les membres de la famille Chen qui vivaient à Chenjiagou, village de la province du Henan. Puisque les membres de la famille Chen n'acceptaient pas d'étrangers parmi leurs élèves, Yang Luchan eut recours à un stratagème en se faisant embaucher comme domestique dans cette famille et il épia ses leçons pendant longtemps, pour ensuite s'entraîner en cachette pendant la nuit.

Le maître finalement le découvrit mais, étonné par l'habileté montrée par le jeune et rusé domestique, il décida de l'accepter parmi ses élèves. Yang Luchang devint en peu de temps le meilleur d'entre eux et, d'après la légende, était invincible. Il s'installa ensuite à Pékin où il ouvrit une école et commença à enseigner son art. Son style avait moins de variations de vitesse que celui de ses maîtres.

Yang Chengfu diffusa le style et institua la pratique lente et relâchée qui caractérise le style Yang. Ainsi, dans la forme de Yang Chengfu, les fajing (force souple, jing, qu’on oppose à la force brute, li) et les sauts sont supprimés, les prises d’appui violentes et les mouvements difficiles sont simplifiés ou remplacés.

Le Tuishou

Le Tuishou est une forme de confrontation traditionnelle des styles interne du Kung fu, c'est un combat qui se déroule avec les membres supérieurs des deux combattants reliés en contact permanent au niveau des poignées, celui qui rompt le contact a perdu, seuls les poussées, les balayages ainsi que les chinna (saisies & soumissions) sont utilisés.

tai chi chuan style yang yang jun thierry huguet yang family tui shou à castelnau d'estretefonds, saint rustice, pompignan, tai chi chuan grisolles, canals, dieupentale, ondes, grenade, saint jory, saint sauveur, bouloc, villeneuve les bouloc, cepet, gargas, villaudric, fronton, bruguieres, saint alban, fenouillet, tarn et garonne, haute garonne, midi pyrenees, toulouse